LIVE TEST – IMPACT DES ONDES SUR LE CORPS HUMAIN

La préfecture de Dignes-les-Bains va prochainement mettre en service une antenne-relais qui va impacter le seul lieu de vie possible pour une personne extrêmement sensible aux ondes et à la pollution chimique.

  • Comment sont corps va-t-il réagir ?
  • Sa vie est-elle en danger ?
  • Les effets biologiques sont-ils mesurables ?

Monsieur Tribaudeau avec les associations indépendantes ARIEM et AZB, a fait le choix, quitte à être irradié, de faire un test « in live » de l’impact sur sa santé.

Lire le communiqué au format PDF

Hommage à notre présidente Michèle RIVASI !

Le décès subit de Michèle RIVASI ce mercredi 29 novembre 2023 après un arrêt cardiaque, suscite une vive émotion et une profonde tristesse au sein de notre association et de la famille des personnes EHS-MCS.
Si elle était très connue sur le plan politique pour ses combats sur le nucléaire, le glyphosate ou encore les lobbys pharmaceutiques, Michèle par ses différents mandats nous ouvrait les portes du monde politique.
Ses compétences scientifiques, relationnelles et pédagogiques permettaient à la cause des hypersensibles d’être entendue.
Sa formation universitaire et son exigence de rigueur scientifique en faisait une femme politique exceptionnellement attachée à la preuve et à la vérité. Son excellence en politique donnait aux questions scientifiques et sanitaires un espace de parole vraie dans les assemblées parlementaires. En cela Michèle était unique. Un phare rendant visible la réalité des personnes EHS-MCS.
En 1986 elle avait fondé l’associations la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) au lendemain de Tchernobyl et en 2005 le Criirem (Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements Électro Magnétiques non ionisants).
En 2012, elle avait été touchée par les conditions de vie et la santé de deux femmes extrêmement électrohypersensibles contraintes pour leur survie de se réfugier dans une grotte à Baumugne, située sur la commune de Saint-Julien-en-Beauchêne dans les Hautes-Alpes. A la suite de cette situation Michèle rencontrera Jean-Claude Gast, alors maire de la commune, et l’association Zones Blanches verra le jour en 2014.
Fonceuse, femme de terrain, toujours partante pour soutenir, rencontrer, discuter et rechercher les solutions appropriées, nous saluons son courage et sa personnalité unique.

Rappelons quelques temps forts :

    • En 2010 et 2011, elle soutient l’action d’occupation de la forêt de Saoû, puis elle organise une rencontre à Riou froid en 2014 avec l’Anses, la préfecture, la MDPH, l’ONF et les associations ;
    • En 2016, elle coorganise une conférence pour faire reconnaitre l’électrohypersensibilité à l’assemblée nationale en présence de la députée Laurence Abeille et du professeur Belpomme;
    • Elle se rend de nombreuses fois à St-Julien-en-Beauchêne pour travailler sur le dossier « Durbon », un séjour « test » est organisé en 2016 avec des personnes EHS et il y aura plusieurs réunions sur la faisabilité du projet avec Soliha Provence (bailleur social) ;
    • En 2019, elle rencontre les Zurichois ayant construit un immeuble pour des personnes EHS-MCS ;
    • Elle rencontre de multiples partenaires institutionnels (Préfets/ètes, ARS, élus etc.) et privés et soutient de nombreuses personnes ;
    • En 2022, elle organise et anime la réunion publique « Changeons de regard sur l’EHS » à Veynes (05) ;
    • En 2023, elle porte la question des ondes électromagnétique à l’échelle Européenne. Deux ateliers seront organisés en février et avril au parlement européen sur le thème « Les enjeux des ondes » et sur « l’EHS, l’état de la science » ;
    • Dernièrement en septembre et en juillet, elle participait à des réunions de travail avec un préfet afin de trouver une solution d’habitat digne pour une personne EHS.

On retiendra d’elle son authenticité, sa franchise, son franc parler, son accessibilité, sa convivialité, sa simplicité, son courage politique et son combat pour le respect des droits humains et de la santé. Sa liberté de penser et d’action lui permettait de soutenir une multitude de projets.
Nous étions tous très attachés à elle et partagions des valeurs communes.

Nous continuons à construire la route fléchée par toi Michèle et poursuivons ton travail diplomatique de conviction, avec l’intensité de ta détermination et de ton engagement, ton dévouement et le courage que tu nous lègues.

AZB continue le combat pour les EHS-MCS, contre toutes les pollutions environnementales.

Merci Michèle ! AZB est vivante !

Le rapport de la Médecine du travail sur l’EHS est attendu avec impatience

Alors que le numérique envahit notre lieu de travail, l’utilisation des réseaux sans fil dans l’environnement professionnel a des conséquences sanitaires majeures tant par l’intolérance aux champs électromagnétique (électrohypersensibilité) qu’aux maladies chroniques engendrées à plus long terme.

Le rapport se fait attendre…aurons-nous enfin une prise en compte des risques électromagnétiques ?

Avec la réforme de 2004, la médecine du travail devient service de santé au travail en application des engagements européens de la France de faire évoluer la médecine du travail vers une culture de la promotion de la santé en milieu de travail. Depuis d’autres réformes ont vu le jour sans toutefois répondre aux besoins d’évolution de ces services (2011 & 2016). Parmi les principales thématiques qui s’y rattachent figurent : l’allongement de la durée du travail et les questions dues à la pénibilité ainsi qu’au maintien du salarié en bonne santé jusqu’à un âge plus avancé (ils y pensaient déjà !).

Lire la suite...
– Mais qu’en est-il des risques dits émergements liés aux nouvelles technologies ? – Qu’en est-il des risques des polluants environnementaux mis en évidence grâce aux travaux scientifiques de chercheurs internationaux ? – Devront nous attendre comme pour l’amiante près d’un siècle pour reconnaître une mortelle toxicité ? La prévention en santé publique, devrait être un maillon à part entière du système de santé. Il est indispensable de nommer les maladies par exposition aux polluants environnementaux et parmi elles les conséquences d’une exposition aux champs électromagnétiques. Si depuis 1995, les représentants de l’état tentent de nous démontrer l’absence de toxicité des CEM et donc de justifier et banaliser une irradiation toujours plus importante, nous nous interrogeons sur le nombre croissant de personnes décrivant des signes d’EHS, sur l’explosion des maladies tumorales, auto-immunes et dégénératives y compris chez les plus jeunes. AZB refuse la position dominante et l’expertise partiale et partielle de l’ICNIRP chargé de l’évaluation et des normes pour l’Europe en matière d’exposition aux CEM comme l’a largement démontré notre présidente, Michele Rivasi au parlement européen. Nous serons attentifs à ce prochain rapport qui tarde à venir. Dr Richard FAITG.